Imperial Cleaning

SITE DE RENCONTRE 100% GRATUIT POUR LA BELGIQUE

Cette annonce est destinée au beaux jeunes hommes de Liège.

Rencontres express

Choisissez une date d'émission

Nous sommes un couple libertin belge a la recherche de rencontre sexe Je suis une femme Maitresse dominatrice de 30 ans séduisante et cultivée. Cynthia, femme seule vivant a Bastogne en Belgique.. Il vous suffit de créer votre compte ci-dessous pour découvrir gratuitement notre site de rencontres sexe en Belgique. Bienvenue sur Belgique sex , le site de rencontre sexe en Belgique.

Ici pas de blabla, on est tous là pour des rencontres sexe en Belgique , alors si cela vous tente de réaliser vos fantasmes ou un simple plan cul en Belgique , inscrivez-vous! Couple sans tabou cherche rencontre hard Joli couple exigeant de Charleroi, discretion et propreté assurée. Rencontre sexe avec jf sexy de Bruxelles Tout juste arrivée a Bruxelles, je suis une jf sexy de 21 ans, qui a envie de rencontre sexe.

Plan sexe a Malines: Femme mariée de Courtrai: Rencontre hard a Bruges Sur Bruges seulement! Trans ouverte a tous jeux dégradants Liège Cherche homme bien monté a Liège qui aime les trans! Femme coquine cherche moments câlins avec homme Gand Hello. Rencontre libertine a Seraing Coucou vous! Rencontre échangiste club le cocoon Bruxelles Coucou! Plan sexe sans capote Alost Couple direct et sans tabou situé a Alost en Belgique.

Les massages de Natacha a Gand Mon invitation à une croisière corporelle qui vous plongera dans une quiétude absolue. Le traité donne aussi, à l'est de la Belgique, la circonscription prussienne d' Eupen - Malmedy , rattachement sanctionné par un plébiscite controversé.

Historiquement, le territoire d'Eupen avait appartenu jusqu'en au duché du Brabant les Pays d'Outre-Meuse et le duché de Limbourg , Sankt-Vith faisait partie du duché de Luxembourg et Malmedy de la principauté abbatiale indépendante de Stavelot-Malmedy.

Le vote n'est pas à bulletin secret , ce qui fait craindre aux électeurs des représailles: Durant l' entre-deux-guerres , l'histoire de la Belgique est similaire au reste de l'Europe occidentale: Les mouvements wallons et flamands connaissent aussi une radicalisation et un raffermissement après la période de patriotisme belge à la fin de la guerre.

Mais, l'instabilité ministérielle et les divisions nationales s'aggravent, suscitant l'apparition, dans une partie de l'opinion publique, d'un courant de pensée politique autoritaire prônant un ordre fort dont on dit qu'il ne laisse pas le roi indifférent. Malgré ce qui semble avoir été une tentative de putsch menée en amateur par Léon Degrelle , chef du parti REX , partisan de Mussolini et tenté par l'exemple d' Hitler , la démocratie est protégée, le roi ne faisant rien pour favoriser une dérive anti-démocratique.

En , sous son impulsion et avec l'appui du parlement et du gouvernement, la Belgique dénonce l'alliance de avec les Franco-britanniques et se replie dans une stricte neutralité , affirmant refuser toute coopération avec les états-majors alliés, alors même que la menace hitlérienne s'affirme aux frontières. Il s'agit de ne pas provoquer l'Allemagne, vu l'état d'insuffisance de la défense belge.

C'est aussi l'insuffisance des anciens alliés français et anglais, tant sur le plan militaire que politique, qui motive la politique de neutralité accompagnée d'un imposant programme de réarmement. Le sacrifice de la Tchécoslovaquie abandonnée par les puissances à l'appétit d'Hitler, lors du traité de Munich, donne tout à craindre de futures revendications allemandes sur la Belgique si les puissances européennes abandonnent celle-ci comme elles ont abandonné la Tchécoslovaquie.

Le roi, qui a des contacts dans l'aristocratie anglaise, sait par ceux-ci que le gouvernement anglais a cru pouvoir apaiser les appétits de conquête de Hitler en lui offrant le Congo, quitte à obliger par la force la Belgique à accepter. Hitler, surtout intéressé par ses visées d'expansion à l'est, ne s'intéresse pas à ce projet, d'autant plus que l'Allemagne n'a pas les moyens militaires d'intervenir en Afrique.

Mais il est clair que la Belgique doit pouvoir se défendre contre les tentatives de l'assujettir dans une combinaison reprenant le marchandage de Munich conclu sur le dos de la Tchécoslovaquie.

Mais l'ennemi reste avant tout l'Allemagne. La Belgique doit pouvoir se défendre seule, dans la crainte que les Anglais, et peut-être même les Français ne garantissent pas de la secourir. C'est le sens du régime de la neutralité armée voté par le parlement, une solution qui pourrait, espère-t-on, éviter d'être entraîné dans un conflit entre l'Allemagne et les Franco-anglais.

Dès , il apparaît clairement que la Belgique et la France sont visées par l'impérialisme allemand. Alors que la Belgique est en plein réarmement sous les apparences de la neutralité, des informations sont communiquées secrètement à la France révélant que les services de renseignement ont acquis la conviction que l'attaque allemande se ferait par le Sud de l'Ardenne belge.

En atteste le général en chef français Maurice Gamelin qui révèle dans son livre de mémoires — Servir — qu'il avait avec le roi des Belges en personne, Léopold III , une communication directe grâce aux attachés militaires [ 60 ]. Mais ce général n'en tire aucun profit pour organiser sa stratégie, préférant s'en remettre à l'avis du maréchal Pétain qui avait déclaré l'Ardenne impraticable pour une armée moderne.

Or, c'est bien par là que se manifestera l'offensive principale de la Wehrmacht. En mai , la Belgique est de nouveau envahie par l'Allemagne.

Tandis que l'armée des Pays-Bas reflue précipitamment vers la Zélande devant la Blitzkrieg allemande, l'armée française est percée à Sedan, comme prévu dans les plans allemands dont les Français n'avaient pas voulu tenir compte malgré les renseignements de l'espionnage français et belge et les avertissements du roi Léopold au général en chef français Gamelin qui était en relation directe avec le roi, comme il l'a reconnu dans son livre de mémoires Servir [ 60 ].

L'état-major français avait donc eu le temps de parer cette offensive entre l'entrée de la Wehrmacht en Ardenne, le 10 mai, et son attaque sur les positions françaises. Un délai dû à la résistance des chasseurs ardennais, une troupe d'élite de l'armée belge, qui retardèrent les Allemands pendant deux jours puisque ceux-ci ne commencèrent à franchir la Meuse que le Ce recul français à Sedan, menaçait l'armée belge sur sa droite, alors qu'elle était tournée sur sa gauche à la suite de la défection des Hollandais qui allaient se rendre quatre jours plus tard et qu'elle était elle-même percée en son centre, sur le canal Albert par la prise du fort d'Eben-Emael réduit à l'impuissance au bout de vingt-quatre heures par l'utilisation d'un nouveau type d'explosif allemand.

L'armée ne cessera, dès lors, de devoir reculer en même temps que les Français et les Anglais, sans que ceux-ci et les Belges puissent rétablir un front face aux pointes profondes des attaques allemandes qui menacent sans cesse de réaliser l'encerclement des alliés. C'est d'abord la bataille de la Dendre, puis la bataille de la Lys, seule bataille d'arrêt de toute la campagne, où l'armée belge résiste cinq jours, abandonnée par l'armée anglaise qui se retire à Dunkerque pour y rembarquer sans que rien soit préparé pour évacuer les Belges.

Le roi se résigne, le 28 mai , au terme d'une campagne de dix-huit jours qui laisse l'armée à bout de forces et de munitions, à envisager une reddition. Il est prouvé qu'il avait prévenu le général en chef de l'armée française du Nord, comme en attestaient des captations des communications militaires hertziennes franco-belges.

Attestation en est faite par un gaulliste de la première heure, le colonel Rémy [ 61 ]. Le roi prévient aussi l'attaché militaire anglais qui en attestera dans un livre de mémoires [ 62 ]. Aussi, le conflit qui éclate entre le roi et les ministres porte-t-il moins sur la reddition que sur la date de celle-ci et sur la question de savoir si le gouvernement doit s'exiler en emmenant le roi avec lui.

Le roi refuse, estimant que son statut de chef de l'armée lui fait obligation, de par la constitution, de rester avec celle-ci, à faute d'être considéré comme déserteur.

Le gouvernement du premier ministre Hubert Pierlot , en exil, se réfugie à Londres après toute une odyssée en France achevée en ce qui concerne Hubert Pierlot et Paul-Henri Spaak , ministre des affaires étrangères, par une traversée clandestine de l'Espagne aux mains d'un gouvernement pro-allemand. Le gouvernement belge pleinement légal et disposant du Congo va alors mettre les forces de la colonie, ses productions agricoles et minérales — notamment l'uranium — à la disposition des alliés.

En même temps, il organise la reconstitution d'une infanterie militaire belge et la participation de trois escadrilles belges dans la Royal Air Force, ainsi que l'effort de la marine marchande au service des alliés et la campagne victorieuse des troupes belges d'Abyssinie qui remportent la victoire de Saïo contre les Italiens.

En Belgique, se développe une résistance armée soutenue par des parachutages d'armes et des émissions de propagande par la radio belge de Londres. Le roi, lui, reste silencieux durant toute l'occupation et ne donne aucun signe apparent d'appui à la résistance, au gouvernement de Londres et à la cause alliée.

Des révélations publiées longtemps après la guerre révèlent cependant qu'il a écrit par deux fois à Hitler pour protester contre des déportations, mais sans autre effet que la menace d'être déporté lui-même avec sa famille, ce qui finira d'ailleurs par être exécuté par les nazis.

Il y a aussi eu un échange de communications entre le roi et le gouvernement en exil à Londres, à l'initiative de celui-ci qui tentait un rapprochement dans le but d'apaiser le conflit né en mai Le propre beau-frère du premier ministre Pierlot se dévoua pour quitter l'Angleterre afin de rentrer clandestinement en Belgique pour apporter au roi une communication du gouvernement en exil.

Arrêté par les Allemands alors qu'il tentait de quitter le pays pour porter en Angleterre la réponse du roi, il sera exécuté et l'on ne saura peut-être jamais ce que l'entrevue avait pu donner. Accueillis pour leur grande majorité dans le Midi de la France, ils rentrent pour la plupart en septembre-octobre Les Belges vivent sous l'occupation jusqu'à la Libération par les forces alliées en septembre Le collège des secrétaires généraux de ministères se contente de gérer le pays comme il le peut, confronté aux exigences et aux réquisitions allemandes.

Certains secrétaires généraux seront limogés et remplacés par des collaborateurs des Allemands. Aidé des collaborationnistes , l'occupant traque les résistants qui sont arrêtés par milliers, souvent torturés et déportés en camps de concentration depuis le fort de Breendonk.

À la suite d'attentats de la résistance , près de trois cents otages sont également fusillés en représailles.

Livré au pillage, à la faim et au marché noir , le pays voit aussi plusieurs centaines de milliers des siens envoyés travailler de force dans les usines de guerre nazies outre-Rhin.

La collaboration économique a été forte dans l'ensemble du pays. Après la libération de par les Anglais accompagnés des forces belges du général Piron, une dernière offensive allemande oppose la Wehrmacht et des troupes spéciales de SS aux GI américains. C'est la bataille des Ardennes avec son cortège d'atrocités perpétrées par des SS contre la population. Mais, à la fin de décembre , les derniers soldats allemands sont chassés de Belgique.

La Libération est mouvementée. Les mouvements de résistance rechignent à rendre leurs armes et à se dissoudre. Le plan de reconstitution de l'armée prévoit l'engagement de volontaires autour de la brigade Piron qui a collaboré à la libération du territoire et cela servira d'exutoire au mécontentement des milieux résistants. Mais l'exaltation nationale, qui peut faire penser à celle que l'on avait constatée en , est modérée par les séquelles de l'incivisme et de la collaboration, beaucoup plus qu'après la Première Guerre mondiale.

Le contexte est passionné par une opposition entre wallons et flamands, les premiers soulignant la collaboration pro-nazie de cercles flamands héritiers du VNV d'avant-guerre. Mais les francophones ont eu aussi leurs collaborateurs autour du wallon d'origine française Léon Degrelle. Un certain nombre de personnes sont condamnées judiciairement [ 64 ] tandis que l'épuration civique se fait aussi de manière extra-judiciaire, notamment par des sanctions administratives [ 65 ].

Cette politique de répression donne lieu à des dérapages qui conduisent à la démission de plusieurs ministres de la Justice. Cela, plus une différence de climat sensible en Flandre fait émerger une nouvelle revendication dans le mouvement flamand: En plus de la répression et des demandes d'amnistie, la question royale pèse lourdement sur la vie politique du pays: Pour suppléer à l'absence du roi, le parlement appelle son frère, le prince Charles , à prêter le serment constitutionnel qui fait de lui le prince- régent de Belgique habilité à participer au pouvoir exécutif au même titre que le roi.

La question du retour du roi se cristallise autour d'un clivage politique et communautaire: Cette question royale conduira à l'abdication de Léopold III et à l'intronisation de son fils Baudouin en juillet Les partis politiques s'affrontent également dans une nouvelle guerre scolaire dans les années avec comme épilogue le Pacte scolaire de , avec un rapport de force différent selon la région, présageant la prochaine importance du clivage linguistique et des problèmes communautaires [ 68 ] , [ 69 ].

Les Flamands ont demandé la fin de l'État unitaire. Les deux guerres ont mis le Congo à contribution avec les levées de soldats congolais et les victimes qui en résultèrent. D'abord, de à , lors des deux campagnes qui chassèrent les Allemands de l'Afrique Orientale Allemande. Ensuite, en et , lors des victoires contre les troupes italiennes d'Éthiopie achevées par la victoire d' Asosa. Outre les morts et les blessés, une importante participation civile fut organisée par les Belges, durant les deux guerres, avec l'organisation de colonnes d'approvisionnement, tandis que l'agriculture et les richesses minérales du Congo étaient exploitées pour appuyer l'effort de guerre.

C'est surtout pendant la seconde guerre mondiale que les richesses minières du Congo furent utilisées pour conforter le rôle de la Belgique dans le camp allié, notamment par l'exploitation de l'étain, du cuivre et de l'uranium.

Cet apport du Congo permit à la Belgique de sortir de la guerre sans dette. Au terme de première guerre mondiale, la Société des Nations SDN a confié un mandat à la Belgique sur une partie de l'ancienne colonie allemande d'Afrique orientale. C'était dans des conditions qui voulaient se fonder sur ce qu'une commission de la SDN considérait être les traditions ethniques locales qu'il était impératif, pour les Belges, de respecter.

Il s'agissait de conserver la politique de clivage social des colonisateurs allemands. Longtemps après, lors du génocide rwandais , en , il en résultera d'âpres polémiques, avec la découverte des conséquences de cette politique coloniale belge qui avait continué la politique des anciens colonisateurs allemands de clivage entre les communautés hutu et tutsi à la suite de pressions de la Société des Nations. Cependant, dans les dernières années de la présence belge, on avait voulu mettre fin aux séquelles de cette situation qui avait imposé la mention de l'ethnie sur les cartes d'identité.

Mais une tradition de près d'un siècle, implantée dans la conscience populaire, ne pouvait s'effacer. Une élite dominante se substitua aux Belges pour renforcer encore une opposition qui finit par dégénérer en un conflit meurtrier. Soutenus par la politique britannique qui reprenait son idéologie d'expansion dans le bassin du Congo, des immigrés parvinrent à mettre fin à la guerre civile en imposant leur loi et la langue anglaise, au point que le pays, qui faisait partie des états francophones depuis la colonisation belge, demanda et obtint son entrée dans le Commonwealth britannique en En , la Belgique est également secouée par une crise politique.

Pour faire face aux difficultés dues à la fin de la présence belge au Congo et les nouvelles conditions de compétition économique en Europe, la coalition socio-chrétienne et libérale élabore un programme de relance économique et d'austérité — la loi unique — qui entraîne durant l'hiver la plus grande grève générale que la Belgique ait connue. Celle-ci est initiée par la partie wallonne de la FGTB et est bien plus suivie en Wallonie où elle s'accompagne de la menace de scinder le pays de la part des militants wallons [ 70 ].

Ces événements marquent le début de la cristallisation du clivage linguistique qui entraîne de nouvelles législations linguistiques dont la fixation de la frontière linguistique, la scission de l'université de Louvain , et surtout marque la fin de l'État unitaire belge par la création des Communautés en et des Régions en par une suite de révisions de la constitution [ 71 ]. Les années sont marquées par le passage à un État fédéral qui est officiellement reconnu par la constitution de La Belgique connaît à partir des années ses premières vagues importantes d'immigration extra-européenne, venant principalement de la région du Rif marocain pour travailler dans les houillères de Wallonie puis vers la Flandre quand celles-ci cesseront progressivement leur activité [ 72 ].

Les années et ont vu la Flandre devenir la région la plus productive et puis la plus riche du pays, et l'anglais parfois remplacer le français comme première langue étrangère en Flandre. Le déclin wallon a résulté d'un désinvestissement relatif des grands holdings du secteur privé. Mais dans les années , la réforme du Système de retraite en Belgique a amené les industriels, l'État et les syndicats à rechercher une plus forte croissance économique en remédiant aux problèmes des préretraites et du faible taux d'emploi des seniors en Wallonie.

La Belgique a participé à la naissance de l' Union européenne avec la création du Benelux le 5 septembre , la création de la Communauté européenne du charbon et de l'acier le 18 avril et du Traité de Rome le 25 mars Comme membre de l'OTAN, la Belgique a participé à l'effort de défense commun des pays signataires jusqu'à la fin de la guerre froide.

La défense est réduite à un corps d'armée professionnel qui conserve les composantes fondamentales de la force terrestre, navale et aérienne, mais un effort de modernisation des armements est consenti qui n'est contesté par aucun parti.

Aussi, des troupes belges terrestres et aériennes ont-elles été envoyées en Afghanistan, après la participation aérienne aux opérations de l'OTAN en Yougoslavie. En , le gouvernement belge en affaires courantes, appuyé par le parlement fédéral, a décidé une participation militaire aux opérations contre la Jamahiriya arabe libyenne.

De concert avec les forces aériennes des États-Unis, de la France et d'autres pays européens, la force aérienne belge a envoyé six chasseurs bombardiers F participer aux opérations d'exclusion aérienne du ciel libyen décidées par le Conseil de Sécurité de l'ONU pour empêcher l'aviation libyenne de bombarder les populations révoltées contre le régime de Kadhafi.

Des victimes civiles de cette opération de l'OTAN ont été relevées au sein de ces mêmes populations. La première mention de la Belgica est apparue dans la Guerre des Gaules , relatant la conquête du territoire par Jules César.

Ces termes disparaissent presque totalement après les grandes invasions , en ne subsistant que sous la plume de quelques ecclésiastiques. Aux yeux des clercs se piquant de purisme antique, le mot Lotharingia n'est qu'un monstrueux barbarisme. Belgica est beaucoup plus noble: Le terme Belgica réapparaît avec les humanistes de la Renaissance mais son utilisation reste limitée dans les cercles intellectuels mais répond à un besoin car on cherche des dénominateurs communs pour ces principautés.

Un autre terme apparaît: À cette époque, la Belgique, les Pays-Bas , le Luxembourg et le Nord de la France actuels étaient connus comme les Pays-Bas ou les Provinces belgiques , qui couvraient plus ou moins le territoire des Dix-sept Provinces, sans la principauté de Liège qui a toujours été une enclave.

Plus tard, après les soulèvements populaires contre la politique oppressive du successeur de Charles Quint , la division des dix-sept provinces des Pays-Bas bourguignons donne naissance à deux noms propres pour désigner les deux pays, Belgica Foederata pour les Pays-Bas du Nord, Belgica Regia pour ceux du Sud, ces derniers occupant, sur la carte de l'Europe occidentale, la place de ce qui sera plus tard celle de la Belgique moderne.

Sa portée sémantique se réduit cependant après la division des Dix-sept provinces qui résulte de la guerre de Quatre-Vingts Ans: Les États belgiques unis Belgique étant alors un qualificatif est la dénomination officielle de la nation éphémère née de la Révolution brabançonne de Cela se dit Verenigde Nederlandse Staten en néerlandais lors de l'annexion par la France [ 74 ] , ainsi que la réunion de la Principauté de Liège à la République Française [ 75 ].

Le terme belge est alors courant pour désigner les habitants des régions de l'actuel royaume de Belgique. En , le mot Belgique devient un substantif et le mot belge le remplace comme qualificatif.

La Belgique est une monarchie constitutionnelle et parlementaire , dont le roi actuel est Philippe de Belgique , septième roi des Belges , depuis le 21 juillet La Belgique est un État fédéral depuis composé de différentes entités fédérées.

La Constitution décrit la Belgique de la façon suivante [ 76 ]:. La population belge est répartie comme suit: La Belgique a trois langues officielles: L'organisation politique de la Belgique est réglée principalement par la Constitution belge et par des lois à majorité spéciales prises en exécution de celle-ci.

Les domaines communautaires de Bruxelles , région bilingue, sont gérés soit conjointement par les francophones et les néerlandophones, au sein de la CoCCom Commission communautaire commune , soit séparément et en fonction de l'appartenance au groupe linguistique des citoyens concernés, au sein de la CoCoF Commission communautaire française ou de la VGC Vlaamse gemeenschapscommissie.

La liste est officieuse et est gérée par le ministère de l'Intérieur [ 77 ]. Tous les grands partis sont, depuis la fédéralisation du pays en , les représentants de leur communauté linguistique.

Une exception, les écologistes , flamands Groen et wallons Écolo , qui forment un groupe politique uni au parlement fédéral. Mais les partis socialistes, ex sociaux-chrétiens et libéraux se répartissent entre francophones et flamands qui concluent occasionnellement des accords sur la base qui les rapproche, celle de la doctrine socialiste, libérale ou humaniste pour les anciens sociaux-chrétiens.

On a connu, dans les années soixante et ultérieures, des formations anti-fiscales, ainsi que, plus tard, la naissance de formations indépendantistes. Après les élections fédérales du 10 juin , les partis libéraux et sociaux-chrétiens tentèrent en vain de former un gouvernement fédéral.

Le 20 mars , après neuf mois de négociations, Yves Leterme devient premier ministre et le nouveau gouvernement est installé [ 78 ]. Il propose la démission de son gouvernement les 19 et 22 décembre , et le roi Albert II accepte finalement la seconde proposition de démission.

Le gouvernement Van Rompuy prête serment devant le roi le 30 décembre et remplace le gouvernement Leterme. À la suite de la nomination d' Herman Van Rompuy au poste de président du Conseil européen , Yves Leterme redevient Premier ministre le 25 novembre et forme un nouveau gouvernement. Le 26 avril , le roi Albert II , après une tentative de médiation, accepte de fait la démission du gouvernement, mais l'arrêté royal entérinant celle-ci ne paraît pas dans le journal officiel le Moniteur Belge.

De nouvelles élections ont lieu le 13 juin et voient la percée de la Nieuw-Vlaamse Alliantie , le parti indépendantiste flamand présidé par Bart De Wever [ 81 ]. Comme trois ans plus tôt, les partis éprouvent des difficultés à former un gouvernement.

Le gouvernement mis en place par Yves Leterme gère les affaires courantes. Le sens à donner à celles-ci est cependant large, au point que le pays fonctionne sans que les citoyens constatent une différence par rapport à une période normale! L'essentiel, dans cette situation, est que le gouvernement dispose toujours des votes mensuels des chambres pour pouvoir disposer d'un budget les douzièmes provisoires.

Le 17 février , le record du monde est battu avec jours sans gouvernement de plein exercice et, le 13 juin , la Belgique passe le cap d'une année sans gouvernement de plein exercice.

Enfin, après jours sans gouvernement, sur la base d'un accord de réforme constitutionnelle approfondissant la décentralisation, Elio Di Rupo est enfin nommé Premier ministre par le roi le 6 décembre Il devient le premier socialiste francophone à diriger le gouvernement belge depuis Edmond Leburton. Il nomme, le lendemain, un gouvernement de douze ministres, dont six vice-premiers ministres.

Malgré ces débats politiques animés, certains observateurs extérieurs estiment que le pays garde une réelle cohérence et de nombreux points communs entre ses différentes communautés.

Tel que le déclare notamment en l' ambassadeur des États-Unis en Belgique de à , Howard Gutman: Son territoire abrite les principales institutions de ces deux organisations internationales. La Belgique est aussi un membre ou est affiliée à de nombreuses organisations internationales: La Belgique est aussi membre de l' Organisation internationale de la francophonie et de l' Assemblée parlementaire de la francophonie.

La Belgique était en la cinquième empreinte écologique mondiale par habitant [ Note 2 ] , [ 87 ]. Avec une densité humaine parmi les plus importantes au monde, elle présente un bilan carbone élevé, un déficit agricole, une surconsommation de bois.

La congestion automobile entraîne la pollution de l'air , et il existe également une pollution de l'eau. La gestion des déchets semble en revanche bonne. Elle a dès lors réparti son engagement de réduction entre les Régions et le fédéral de la façon suivante:.

Comme la compétence est très transversale entre les régions et le fédéral, deux institutions ont été créées:. La Belgique est une monarchie constitutionnelle , particratique et parlementaire.

Reflet des répartitions linguistiques de la population, le pays est divisé depuis en trois communautés linguistiques et trois régions territoriales. La Constitution fut amendée en pour adopter un système fédéral afin d'éviter la rupture entre néerlandophones et francophones.

Malgré cela, les tensions politiques, culturelles, linguistiques et économiques existent entre les deux communautés. Deux partis politiques flamands, le Vlaams Belang et la N-VA , prônent ainsi l'indépendance de la Flandre à court terme tandis qu'un parti francophone très minoritaire, le RWF , souhaite le rattachement de la Wallonie et de Bruxelles à la France.

Ces deux mouvements sont d'obédience républicaine par nature. Un décret voté au Parlement de Wallonie ne peut ainsi pas être contredit par une loi belge. En lors de la création des Régions, les Flamands ont immédiatement transféré toutes leurs compétences régionales à la Communauté flamande , comme l'autorise la Constitution. Les six députés du Parlement flamand provenant de la Région de Bruxelles-Capitale ne votent pas les décrets concernant les matières régionales.

Le pouvoir fédéral est entre les mains du Premier ministre et de son gouvernement. Les Régions — flamande, wallonne, Bruxelles-Capitale — s'occupent des problèmes territoriaux et économiques transports, plan d'aménagement du territoire, logement, environnement, emploi, commerce extérieur, etc. Communautés et Régions maîtrisent, en outre, les relations internationales relevant des matières de leur compétence, à l'exception de l'aide au tiers-monde dans ces mêmes domaines.

À Bruxelles le rôle de la province est exercé par la Région. Les Régions Région wallonne , Région flamande et Région de Bruxelles-Capitale sont les entités fédérées principalement compétentes en matière d'économie régionale. Les Communautés Communauté française , Communauté flamande et Communauté germanophone sont les entités fédérées qui sont compétentes en matière culturelle et gèrent les matières dites personnalisables.

Le 27 septembre , la Communauté française a été rebaptisée Fédération Wallonie-Bruxelles [ 88 ]. La Région flamande et la Région wallonne sont divisées chacune en cinq provinces. Tandis que la Région de Bruxelles-Capitale n'en comporte aucune.

Provinces flamandes avec chefs-lieux entre parenthèses, en français et en langue régionale:. La liberté de religion est inscrite dans la Constitution.

C'est un pays de tradition catholique romaine , mais l'influence de l'Église et de la religion catholique sur la société belge a connu un déclin marqué.

De fait, le nombre de fidèles dans les églises diminue depuis les années cinquante [ 91 ]. La religion catholique reste cependant la plus répandue. La Belgique subventionne les églises et les organisations philosophiques non confessionnelles reconnues sur son territoire.

Cette particularité est inscrite dans l' article de la Constitution belge:. À ce titre, l'État belge a dépensé en [ 93 ]:. Un septième culte pourrait être reconnu: La vie culturelle belge a eu tendance à se développer dans chaque communauté. Ces éléments précisés, la Belgique en tant que telle est culturellement connue pour son art raffiné et son architecture. Il y a lieu de remarquer que l'Internet est aussi un élément de fracture communautaire dans la mesure où les deux communautés ne participent pratiquement à aucune communication en ligne commune que ce soit sur le plan culturel, scientifique, technique ou même les loisirs, les francophones fréquentant plutôt les cercles français et les Flamands s'organisant entre eux.

Les surréalistes sont largement représentés en Belgique avec des artistes comme René Magritte ou encore James Ensor , on dit même que le surréalisme, c'est l'âme belge. La Belgique est connue pour sa contribution à la bande dessinée , qui y est un art à part entière. Le recrutement y est essentiellement fondé sur le volontariat de carrière depuis la suspension du service militaire le 1 er mars À cela s'ajoutent les principes de réserve volontaire militaire de carrière ou civil ayant signé un engagement et obligatoire, uniquement pour les membres du cadre et ce, pendant une durée déterminée.

Leur chef est, depuis , S. Une réforme est en cours afin de regrouper les services régionaux d'incendie en zones de secours , à l'instar des zones de police et de réunir les deux entités pompiers et protection civile sous une même direction:

Les nouveaux profils