Imperial Cleaning

Athlétisme

Rencontres Athlétisme Cycle 2. Gros bizzzzous à tous.

Listes du matériel de rentrée

Menu de navigation

Ce n'est qu'après la création de l'Université impériale que le pouvoir central exige l'application du décret de , qui implique des contributions financières de la Ville de Nantes. Les fonctionnaires proviseur, censeur et professeurs sont nommés fin Noter qu'en même temps est créé le troisième lycée breton à Pontivy Morbihan. Les locaux qui sont affectés au lycée sont l'ancien couvent des Ursulines, augmenté des bâtiments du Petit séminaire. Dès le départ, le lycée, à l'époque, premier échelon de l'Université, subit la concurrence d'établissements catholiques, surtout le Petit séminaire, rouvert en par l'évêque en vue de l'ouverture prochaine du lycée public: Normalement, les établissements privés devraient être des pensionnats, et leurs élèves suivre les cours du lycée.

Mais cela n'est appliqué que de mauvaise grâce et incomplètement. Le jour de l'abdication de Napoléon en , les élèves issus du Petit séminaire quittent le lycée en lançant des slogans royalistes. Après la chute de Napoléon, le lycée est maintenu comme collège royal 17 février , mais l'environnement social est peu favorable: Plusieurs rapports au cours du siècle insistent sur cette spécificité de Nantes.

D'autre part, l'environnement politique est hostile: On peut considérer que cette situation dure jusque dans les années , le lycée connaissant une alternance de périodes de crise et de périodes de modeste prospérité. Sur le plan des structures, le lycée fait en l'acquisition du domaine de la Colinière à Doulon , qui va servir de lieu de détente pour les internes.

De à , les élèves du lycée sont très majoritairement bonapartistes alors que l'administration dirigée par l'abbé Le Deuff, précédemment aumônier, est devenue royaliste. Le 23 mai , une mutinerie d'élèves éclate. Les tensions provoquent une chute des effectifs. Cette situation aboutit à la fin de l'année scolaire à la décision de dissoudre l'internat et de renouveler l'effectif.

La nécessité de travaux est évoquée dès , et après quelques études, on se rend compte qu'une rénovation de l'existant serait beaucoup trop coûteux et qu'il vaut mieux construire du nouveau. Les travaux prennent fin en et une inauguration a lieu le 17 octobre , en présence du ministre Léon Bourgeois, du maire républicain Alfred Riom qui vient de prendre la suite du monarchiste Ernest Guibourd de Luzinais et de l' abbé Follioley , proviseur depuis Peu après, les travaux sont complétés par l'installation d'un gymnase, grâce à l'appui de la nouvelle municipalité.

À la fin des années , le lycée est dans une situation très mauvaise, en particulier à cause des travaux qui s'éternisent. Pour rétablir la situation, le ministère de l'Instruction opte pour une solution paradoxale dans une époque de luttes pour la laïcité: À partir du 20 août , l'abbé Follioley assume cette fonction de façon parfaitement loyale, luttant par tous les moyens contre l'influence des établissements catholiques, de sorte que très rapidement, il est considéré comme un traître par les milieux favorables à l'enseignement privé.

Une campagne de propagande est déclenchée contre lui, avec notamment la publication d'une brochure Le Péché de Nantes [ 12 ]. Les républicains sont d'abord surpris Le Phare de la Loire , 20 août ou hostiles Georges Clemenceau à la Chambre, La Lanterne , 18 octobre mais les républicains nantais, même radicaux, vont en général être amenés à le soutenir.

Il réussit effectivement à remettre le lycée en bonne marche: De grands noms y apparaissent, de la bourgeoisie ou de l'aristocratie, mais il faut noter que l'effectif comprend une proportion élevée de boursiers, de l'État ou de la Ville presque pas du département en revanche: Le nombre de bacheliers dépasse la centaine et le lycée a chaque année quelques élèves reçus à Polytechnique, une dizaine à Saint-Cyr et un grand nombre à l'École centrale.

Après son départ en retraite en , le lycée de Nantes a une position qui ne sera plus remise en question. Il est remplacé par son censeur, qu'il connaissait dès son provisorat de Caen, Auguste de Caumont, suivi de Jean Barou en Dès le début de la guerre, le lycée est en partie utilisé comme hôpital militaire et l'internat est fermé.

Le proviseur, Jean Barou, d'abord mobilisé, est réaffecté au lycée pour la rentrée. L'enseignement est perturbé puisque le lycée ne dispose que d'une trentaine de postes certains sont occupés par des femmes , contre 59 à la veille de la guerre.

L'internat est partiellement rétabli à la rentrée de Au lendemain de la guerre, la municipalité demande que lui soit attribué le nom du président du conseil, Georges Clemenceau , ce qui est fait le 2 février Après la mort de Clemenceau en , un monument en son honneur est mis en place dans la cour d'honneur, inauguré en avril Le lycée accueille d'autres élèves étrangers, notamment iraniens , parmi lesquels Mehdi Bazargan , reçu à l' École centrale en Les premières élèves apparaissent en , surtout dans les classes préparatoires Christiane Gouard , reçue première à Centrale la même année, mais qui opte pour l' ENS en mathématiques.

Une préparation à HEC est créée en Un changement important au début des années résulte de l'instauration de la gratuité de l'enseignement. Ils sont affectés en partie dans les annexes, ainsi qu'à la caserne Mellinet. À partir de juin , il est occupé par l'armée allemande, qui autorise la reprise de l'enseignement le 10 octobre seulement.

En novembre , le lycée accueille les élèves-instituteurs, qui suivent désormais une scolarité classique de la seconde au baccalauréat, après la suppression des écoles normales par le régime de Vichy [ 16 ]. Durant les trois années suivantes, la coexistence entre élèves et soldats allemands est parfois tendue. Des actes de résistance symbolique ont lieu: L'administration se réfugie à la Colinière.

Les élèves sont dispersés dans les anciennes annexes et dans de nouvelles: La réouverture n'a lieu qu'en novembre , après la libération de Nantes 12 août. Les Allemands pillent complètement le lycée avant de le quitter. Ensuite, il est occupé par les troupes américaines, servant entre autres de point de contrôle des personnes évacuées de la poche de Saint-Nazaire. La demi-pension rouvre à Pâques, la pension à la rentrée La reconstruction va tout de même être facilitée par l'élection comme maire de Nantes Front national , proche du PCF de Jean Philippot , professeur d'histoire, avec Georges Kirn, professeur de lettres, comme adjoint aux Beaux Arts.

Elle n'est complètement achevée qu'en avec la reprise du culte dans la chapelle [ 19 ]. À partir de cette date, le nombre de classes préparatoires augmente: Tapez santé, médecine, études, paces… Sur youtube et vous serez éberlués par le nombre de résultats obtenus.

Plus de posts concernent ces sujets. Elle reste une des meilleures, mais aussi une des pires années de ma vie. Mais tout à un prix, je savais que si je voulais rester en médecine, il fallait me battre pour avoir ma place. Sans me demander aucune de mes motivations pour le choix de cette filière. Le sport a toujours été un exutoire, plus que de la simple remise en forme. Après ma validation du premier semestre, je ne voulais pas passer ma vie dans les livres, je me suis donc inscrite en salle de sport.

Ils voient médecine comme un cursus prestigieux, ils voient le salaire. Mais ils ne voient pas les sacrifices. Je ne me voyais pas continuer. Quelle a été la réaction de tes proches? Famille, amis, collègue de promo?

Mes amis proches ont compris sans comprendre. Ils voyaient que je me perdais dans un cursus où je ne me sentais plus à ma place. Il y a beaucoup de bienveillance sur internet malgré les quelques commentaires haineux ou déplacés. La 1 ère Communauté Médicale.

Mot de passe oublié?

Derniers articles